Toujours sur la brèche

Toujours sur la brèche
Lillian Ross
Ed. du sous-sol
Date de publication : 06/06/2022
traduit de l'américain par Vincent Raynaud

On entre dans le livre de Lillian Ross comme on avancerait dans le musée Grévin, par une galerie d'acteurs et d'actrices. D'un article dénonçant le maccarthysme sévissant à Hollywood dans les années 1960, à une rencontre avec Julie Andrews et Al Pacino ou une partie de tennis avec Charlie Chaplin.


Mais on y croise aussi des anonymes, série de jeunes gens, ainsi qu'elle les nomme, d'un bus jaune aux « écrase-merdes » de Madison Avenue. Portraits de badauds, doux dingues, de l'histoire vraie et inouïe d'un matador né à Brooklyn au portrait d'une maîtresse d'école de Central Park. Le menu se compose aussi de quelques gros poissons, Coco Chanel, Hemingway ou Fellini.

Dans cette anthologie réunissant soixante-dix ans de portraits et de reportages d'une légende du New Torker, on décèle un sens profond de l'empathie et une écoute rare, une capacité à mêler le sérieux au trivial, l'inconnu à l'étoile sans distinction de valeur et sans déférence particulière, proche en cela d'un Gay Talese ou d'un Tom Wolfe. Parmi ses inconditionnels lecteurs, Martin Scorsese ou Wes Anderson, mais aussi J. D. Salinger qui lui écrivit un jour après la lecture de l'un de ses papiers : « C'est de la littérature, que j'aimerai toujours et n'oublierai jamais. » (présentation de l'éditeur)

Acheter chez Tropismes : Toujours sur la brèche

Newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire