Peaux blanches, masques noirs

Peaux blanches, masques noirs
William Lhamon
Ed. Zones sensibles

A New York, au marché Sainte-Catherine, dans les années 1820, des Noirs dansaient pour gagner du poisson. Ces danses sont devenues une marque culturelle qui se retrouve à la fin du XXe siècle chez des artistes comme M. Jackson et M.C. Hamer. Etude sur les processus d'identification mis en oeuvre et sur le minstrel show, spectacles dans lesquels des Blancs se noircissaient le visage (blackface).

Acheter chez Tropismes : Peaux blanches, masques noirs

Les aventuriers de la mémoire perdue

Les aventuriers de la mémoire perdue
Jean-Christophe Saladin
Ed. Belles lettres

Cette enquête sur les sources intellectuelles de la Renaissance s'appuie sur la thèse de Jules Michelet considérant cette époque comme une période de reconquête de liberté politique en Europe à travers la réappropriation de la culture antique. La langue grecque a été en particulier l'objet d'une lutte entre les humanistes et l'autorité de l'Eglise, jalouse de son pouvoir sur les textes sacrés.

Acheter chez Tropismes : Les aventuriers de la mémoire perdue

Peur de la vie

Peur de la vie
Carlo Levi
Ed. la Tempête

Sur la plage de La Baule en 1939, alors que les divisions blindées allemandes parcourent les plaines polonaises et se préparent à envahir la France, l'auteur, âgé de 37 ans, pose son regard sur la crise de la culture européenne et s'interroge sur les raisons qui ont mené une civilisation entière à une telle catastrophe. Levi soumet à une critique implacable la religion (qui transforme le sacré en sacrifice), l'État (idole sociale par excellence, de laquelle la politique occidentale ne peut se libérer), la guerre, le sang, la masse, l'amour et l'art. Ce n'est qu'à partir de la liberté révélée par ce sentier halluciné et presque prophétique que les oeuvres ultérieures de Levi, du Christ s'est arrêté à Eboli à La montre, acquièrent leur véritable sens, qui est celui d'un témoignage qui ne concerne pas le passé, mais notre présent. (présentation de l'éditeur)

Acheter chez Tropismes : Peur de la vie

Immunitas. Protection et négation de la vie

Immunitas. Protection et négation de la vie
Roberto Esposito
Ed. Seuil

Venue du droit, la notion d'immunité occupe une place centrale en médecine. Tout comme le système immunitaire du corps humain protège l'organisme contre les incursions mortelles de virus, la loi garantit la survie de la communauté dans une situation la mettant en péril. Le droit protège et prolonge la vie. Mais comme le corps individuel, le corps collectif ne peut être immunisé contre le danger qu'en permettant à une certaine quantité de ce qui le menace d'y pénétrer. Pour échapper aux griffes de la mort, la vie est obligée d'incorporer en elle un principe mortel et de créer des anticorps. Le commun ne peut être préservé que s'il intègre en son sein un corps étranger, qui l'expose à un risque permanent.

Penser librement

Penser librement
Hannah Arendt
Ed. Payot

Penser, c'est apprendre à ne pas se soumettre aux idéologies. Ce recueil en grande partie inédit d'essais, interviews, conférences, discours, critiques littéraires, depuis un essai sur la vita activa humaine (le travail, l'oeuvre, l'action) jusqu'à des textes sur la liberté et La condition humaine, en passant par un « Hannah Arendt par Hannah Arendt » ou une étude sur Nathalie Sarraute, couvre un large éventail de thèmes avec l'idée générale que penser librement, c'est « ne pas se cramponner à la rampe », c'est s'engager dans une expérience sans les piliers de la religion, de la morale, de la politique ou de la philosophie, et sans répit interroger au lieu d'offrir des réponses figées.

Acheter chez Tropismes : Penser librement

L'asile et l'exil. Une histoire de la distinction réfugiés/migrants

L'asile et l'exil. Une histoire de la distinction réfugiés/migrants
Karen Akoka
Ed. La Découverte

La distinction entre réfugiés politiques et migrants économiques s'est aujourd'hui imposée comme une évidence, tout comme la hiérarchie qui légitime l'accueil des réfugiés au détriment des migrants. Ce livre montre que ces définitions en disent plus long sur les États qui les appliquent que sur les individus qu'elles sont censées désigner. Car il n'existe pas de réfugié en soi que les institutions pourraient identifier pour peu qu'elles soient indépendantes ou en aient les moyens. La catégorie de réfugié se reconfigure en réalité sans cesse, au fil du temps, au gré des changements de rapports de force et de priorités politiques.
Plutôt que d'analyser les parcours des exilés pour déterminer s'il s'agit de réfugiés ou de migrants, cet ouvrage dissèque l'institution qui les nomme : l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), depuis sa création en 1952. Il établit que la chute du taux de reconnaissance du statut de réfugié est moins liée à la transformation des profils des requérants, à l'obsolescence de la Convention de Genève ou à une perte d'indépendance de l'Ofpra qu'à un changement de subordination. Alors que, pendant la guerre froide, l'assujettissement du droit d'asile aux politiques diplomatiques et le besoin de main-d'oeuvre favorisaient un taux élevé d'accords, son instrumentalisation par les politiques migratoires, dans le contexte de la construction de l'immigration comme problème, entraîne un taux élevé de rejets.

L'hypothèse autonome

L'hypothèse autonome
Julien Allavena
Ed. Amsterdam

Multiplication des zones à défendre, résurgence du black bloc, insurrection des gilets jaunes : la France contemporaine est le théâtre d'importants conflits sociaux et politiques. On aurait tort cependant d'y voir la main de cette ultra-gauche qui hante l'imaginaire policier. Ce qui se joue dans la multiplication des occupations, dans l'exigence d'horizontalité et le rapport pragmatique à la violence, c'est l'actualisation de l'hypothèse autonome formulée dans la seconde moitié du XXe siècle.
L'autonomie n'est en effet ni un mouvement, ni une idéologie. Née, dans l'après-guerre, en opposition au renoncement des organisations politiques et syndicales à prendre effectivement le parti des dominé-e-s, elle représente la tentative sans cesse réinventée de concilier libération individuelle et émancipation collective, à l'heure où le système capitaliste et sa discipline se sont disséminés dans toutes les facettes de là vie.

Acheter chez Tropismes : L'hypothèse autonome

L'occupation du monde vol 2. Généalogie de la morale économique

L'occupation du monde vol 2. Généalogie de la morale économique
Sylvain Piron
Ed. Zones sensibles

Plus d'un siècle après que Nietzsche a proclamé la mort de Dieu, ce livre reprend le marteau de la critique pour éprouver les nouvelles idoles de l'époque avec une détermination égale. Appeler à l'inversion de toutes les valeurs revient aujourd'hui à destituer la seule valeur régnante. Il n'y aura pas d'issue à l'impasse dans laquelle s'enferre la société industrielle tant que la mesure sociale fondamentale sera fournie par la production d'unités de valeur marchande et non pas, disons, par la contribution au bien-être collectif de tous les hôtes de la biosphère. Pour apprécier les embarras du monde contemporain, l'histoire intellectuelle du Moyen Âge occidental offre un excellent observatoire. Le privilège de la période médiévale tient à la position qu'elle occupe : elle constitue l'altérité la plus proche du monde moderne. De ce fait, elle propose un point de vue sans égal pour juger de son devenir. Placé dans une perspective de longue durée, le moment présent perd un peu de son caractère de surgissement indéchiffrable. (présentation de l'éditeur)

Les subalternes peuvent-elles parler?

Les subalternes peuvent-elles parler?
Chakravorty Spivak
Ed. Amsterdam

Parce qu'elles ont contribué à dénoncer la domination de la pensée occidentale, les subaltern studies sont depuis les années 1980 une source intarissable de controverses.

À cet égard, la réponse négative apportée au titre de cet ouvrage - Les Subalternes peuvent-elles parler ? - est riche d'enseignements. Prenant à contrepied l'eurocentrisme du récit occidental, Spivak nous montre qu'il est impossible d'analyser l'histoire de l'oppression des femmes sans prendre en compte les logiques impérialistes qui l'ont façonnée.

Acheter chez Tropismes : Les subalternes peuvent-elles parler?

L'homme, cet animal rationnel dépendant, les vertus de la vulnérabilité

L'homme, cet animal rationnel dépendant, les vertus de la vulnérabilité
Alasdair MacIntyre
Ed. Tallandier

Cet essai est te plus grand livre de philosophie politique d'Alasdair Maclntyre et constitue un sommet de la pensée politique contemporaine. Il s'interroge sur le fait que l'animalité, la dépendance et la vulnérabilité sont des états centraux de la condition humaine. L'homme n'est pas qu'un individu rationnel indépendant comme l'Occident a fini par le croire. La vie en société nécessite ce que Maclntyre appelle les « vertus de la dépendance reconnue » que la modernité a oubliées.