Alechinsky versant Sud

Alechinsky versant Sud
Sicard Michel
Ed. Galilée
Date de publication : 01/06/2005

Le peintre qui a vécu l'aventure Cobra - groupe d'artistes expérimentaux nordiques - vient s'installer à Paris en 1951. Début d'une migration vers une autre lumière. Les thèmes changent : les 'hautes herbes' deviennent savanes, pelures d'oranges, palmiers, chutes d'eau, volcans, arbres brûlés ou plaques d'égoût.
L'oeuvre d'Alechinsky bouleverse la structure des tableaux qui se dédoublent en 'centre et marges'. Tout y est parcours, croissances, efflorescences, miroitements.
Alechinsky est un contemporain majeur par cette remise en cause de l'image unaire. Comme dans un film, il traque inlassablement le temps et fait émerger une matière naturelle qui nous pétrit paradoxalement d'imaginaire. En témoignent ces effluves, ces fluidités, ces tremblements du papier d'abord roulé en boule, ou estampé à même le sol - touchant la peau du réel pour d'oniriques divagations continuées par les poètes. Dotremont, Butor, Ionesco, Tardieu...
Ce 'versant Sud' se nourrit d'orientalisme. Depuis son voyage au Japon en 1955, la forme/le dessin, aux techniques d'encre et d'eau, se rapproche de la calligraphie. Le trait est trace ou signe que le peintre ressource aux origines des écritures.
Michel Sicard, depuis une vingtaine d'années, est l'interprète de cette oeuvre où les chemins de la peinture et de l'écriture se croisent, s'exaltent, se multiplient.
Présentation de l'éditeur