Figures Balzac. Trente-six portraits de La Comédie humaine vue par trente-six artistes

Figures Balzac. Trente-six portraits de La Comédie humaine vue par trente-six artistes
Collectif
Ed. Chemin de fer
Date de publication : 01/11/2008

Figures propose une anthologie de portraits de personnages des romans d’Honoré de Balzac, interprétés par des plasticiens contemporains. figures en premier lieu comme les visages, qui sont au cœur de ce projet, figures aussi comme le questionnement sur la représentation de l’humain, mais aussi figures comme le format double figure 24/19 cm, celui du livre.

Dans un monde où la profusion d’images, de textes, d’informations ne permet plus de prendre le temps, figures invite à s’arrêter sur ce qui, dans le roman, n’est pas de l’ordre du temps du récit, mais de la pause descriptive ; et l’on sait à quel point ces pauses sont d’importance chez Balzac, tant du point de vue du lyrisme que de celui de l’interruption qu’elles suscitent dans l’intrigue romanesque. Mais figures invite également, à travers la représentation plastique de la description, à s’arrêter sur les images, quand celles-ci, dans le monde d’aujourd’hui, défilent sans arrêt.

figures est également une tentative de réponse au défi implicite que lance Balzac aux artistes. La plupart des descriptions physiques dans les romans balzaciens font référence à des artistes passés, sous-entendant que le portrait est inséparable de la représentation plastique, sans laquelle il n’existe pas. A contrario cependant, Balzac affirme la supériorité de l’écrivain sur l’artiste de son temps en posant l’impossibilité pour ce dernier de représenter la beauté (ou parfois la laideur) de ses personnages et en ponctuant ses descriptions d’affirmations telles que : « il y a là des beautés à désespérer la peinture » ; « le dessin le plus correct, la couleur la plus chaude n’en exprimeraient rien encore » ; « sa figure est une de celles dont la ressemblance exige l’introuvable artiste » etc.

figures a pour objet d’interroger la persistance et la pérennité des modèles de représentation humaine dans les pratiques contemporaines. Evidemment, aujourd’hui, la représentation de la « figure » s’est éloignée de la nécessité de ressemblance ou même de figuration. C’est à partir de cette histoire et de ce matériau que le livre se propose de dresser un panorama subjectif de la pratique du portrait en France aujourd’hui.