Métaphysique de la destruction

Métaphysique de la destruction
Pinchard Bruno
Ed. Peeters
Date de publication : 01/01/2013

Aufhebung est l’un des noms majeurs de la philosophie et l’auteur y cherche les chances d’une ultime transformation de l’esprit. Interrogeant ce nœud conceptuel qui, à la fois, signifie destruction et dépassement, sursaut et relève, catastrophe et métamorphose, il y cherche le chiffre d’une ultra-modernité qui règne d’abord par son pouvoir de destruction. Elucider la part de sursaut qui demeure encore accessible quand tout se fait décombre, ce n’est pas seulement interroger le plus puissant système philosophique de l’Occident, celui de Hegel, c’est demander à des constellations en apparence secondaires ou dépassées dans l’économie du savoir: l’instant, la langue, la substance, le secret ou l'analogie de témoigner pour une faculté d’intériorisation et de synthèse qui échappe aux désespoirs de l’heure, quand bien même elle ne s’exercerait dans l’histoire que sous des formes parcellaires, décevantes ou dramatiques. Mais pour ce faire, il faut accepter d’entrer à nouveau, par-delà les certitudes communes de l’espace et du temps, dans le romantisme d’une dialectique absolue qui n’épargne rien, mais éclaire toute chose en s’imposant comme la métaphysique même de toute destruction.