Les étoiles de ma vie

Les étoiles de ma vie
Yanou Collart
Ed. Archipel

Une autobiographie où l'ancienne attachée de presse raconte son enfance, son parcours, ses rencontres avec les célébrités du cinéma et sa liaison avec Lino Ventura entre 1972 et 1982. Bien que l'acteur soit marié, une relation passionnée et chaotique débute entre les deux. L'auteure raconte également la confrontation qui mena à leur rupture et sa réaction à la mort de la star en 1987.

Acheter chez Tropismes : Les étoiles de ma vie

Gérard Oury, mon père l'as des as

Gérard Oury, mon père l'as des as
Danièle Thompson
Ed. La Martinière

À l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Gérard Oury, sa fille Danièle Thompson, qui fut aussi sa grande complice en écriture dès Le Corniaud, revient dans ce livre très personnel sur la vie incroyable de son père, sur leur relation fusionnelle, et sur sa filmographie aux nombreux succès : Le Corniaud, La Grande Vadrouille, Le Cerveau, La Folie des grandeurs, Les Aventures de Rabbi Jacob, Le Coup du parapluie, L'As des as...

Acheter chez Tropismes : Gérard Oury, mon père l'as des as

Ce que je peux dire de mieux sur la musique

Ce que je peux dire de mieux sur la musique
Robert Walser
Ed. Zoé

Passer une soirée avec Robert Walser à l'opéra ou au café-concert, le suivre dans un salon bourgeois ou dans une ruelle nocturne où flotte un air d'harmonica, écouter en sa compagnie Chopin, Mozart, des interprètes virtuoses ou débutants, partager son regard acéré sur l'institution musicale... entre Walser et la musique, les soixante textes rassemblés ici dessinent une relation empreinte de ferveur et d'irrévérence. Écrits entre 1899 et 1933, ces proses et poèmes, dont la moitié sont publiés pour la première fois en français, dressent le portrait littéraire d'un inventeur de formes et improvisateur sans préjugés qui n'a rien à envier à Erik Satie ou à Alban Berg. (présentation de l'éditeur)

Hard Rock Market

Hard Rock Market
Anik De Prins et Véronique Bergen (de l'Académie Royale de Belgique)
Ed. Lamiroy

Le Hard Rock Market fut une plaque tournante de l’énergie du rock et des cultures alternatives. Après la boutique Anik ouverte en 1975 rue des Éperonniers, Anik De Prins fonde en 1991, dans la même rue, le temple du hard rock, le Hard Rock Market, qui ferma ses portes en 2018. Cet abécédaire rend hommage à ces deux lieux où passèrent nombre de musiciens amis d’Anik, Dio, Doro, Neil Turbin, Aerosmith, Johnny Halliday, Nicoletta, Dream Theater, Duran Duran, Amon Amarth, Drakkar, Channel Zero… Passionnée de rock, Anik a rencontré Deep Purple, Motörhead, Iron Maiden, Fish, Biff Byfford, Cradle of Filth, Doug Aldrich, Glenn Hughes...

Bienvenue dans la culture metal au travers de textes et de photos.

Acheter chez Tropismes : Hard Rock Market

Idée

Idée
Frans Masereel
Ed. Martin de Halleux

L'un des premiers romans graphiques modernes, où l'auteur F. Masereel (1889-1972) raconte, en 83 gravures, la vie d'une idée. Elle prend la forme d'une femme qui sème la zizanie, inspire du rejet ou de l'étonnement, mais ne laisse jamais indifférent. Elle va se reproduire en se jetant dans les cylindres d'une presse d'imprimerie.

Acheter chez Tropismes : Idée

Godard, inventions d'un cinéma politique

Godard, inventions d'un cinéma politique
David Faroult
Ed. Amsterdam

Cet ouvrage étudie une période importante, mais longtemps négligée ou calomniée, de l'oeuvre de Jean-Luc Godard : les années autour de 1968, durant lesquelles le cinéaste se politise, se réclamant du communisme puis du maoïsme.

Comment mettre son cinéma au service de la révolution ? Porter la révolution dans le cinéma lui-même ? Se situer, s'inscrire dans l'histoire du cinéma pour élargir ses possibilités et usages militants ? La Chinoise, Week-end, Tout va bien... Près de vingt films qui sont autant de laboratoires d'un cinéma politique révolutionnaire. L'association avec Jean-Pierre Gorin dans le « groupe » Dziga Vertov modifiera durablement sa conception du cinéma en déplaçant le coeur des recherches, de l'image vers le montage qui l'intègre.

La révolution Sergio Leone

La révolution Sergio Leone
Gian Luca Farinelli & Christopher Frayling
Ed. La Table ronde

En réinventant le western, genre populaire par excellence, Sergio Leone aura changé la face du cinéma. Le public a tout de suite fait un accueil triomphal à ses films alors que la critique ne comprenait pas que l'Ouest n'avait plus besoin d'être américain tant il était désormais ancré dans l'imaginaire universel. Or Sergio Leone est un grand cinéaste de l'imaginaire.

Aussi populaire qu'expérimental, découvreur de Clint Eastwood comme de Charles Bronson, Leone est aujourd'hui adulé par les cinéastes du monde entier comme un immense formaliste.

Acheter chez Tropismes : La révolution Sergio Leone

La face cachée du marché de l'art

La face cachée du marché de l'art
Georgina Adam
Ed. Beaux-arts

Dans une enquête documentée auprès des artistes, des collectionneurs, des banquiers ou des faussaires, la journaliste révèle les trafics liés à l'expansion du marché de l'art contemporain. Entre évasion fiscale, blanchiment d'argent et faux, elle dresse un panorama de la marchandisation de l'art.

Acheter chez Tropismes : La face cachée du marché de l'art

L'origine du monde : vie du modèle

L'origine du monde : vie du modèle
Claude Schopp
Ed. Phébus

Ouvrage consacré à celle qui fut le modèle du tableau de G. Courbet, L'origine du monde, étayé d'extraits de lettres, d'articles et de son testament

Acheter chez Tropismes : L'origine du monde : vie du modèle

De la Perse à l'Iran : l'aventure des Molitor

De la Perse à l'Iran : l'aventure des Molitor
Lambert Molitor
Ed. Elytis

Lorsqu'il quitte ses Ardennes natales, en 1901, pour la Perse - qui n'est pas encore l'Iran -, Lambert Molitor est loin de s'imaginer qu'il y passera vingt-six ans de sa vie. Jeune officier des douanes, il est l'un des deux cents Belges qui travaillèrent, entre 1900 et 1935, à la réorganisation du système douanier et de l'administration des Postes et des Finances persanes.

C'est à cette époque que la Perse confia à la Belgique ce travail de réforme qui devait servir à rembourser les créanciers du Shah, lourdement endetté, notamment la Grande- Bretagne et la Russie. Pour mener à bien ce travail de modernisation, il fallait nécessairement passer par des experts étrangers pour vaincre les résistances locales : le système belge avait une excellente réputation et la Perse n'avait pas à craindre l'influence politique d'une petite puissance comme la Belgique ; c'est donc Bruxelles et ses agents qui se virent confier cette tâche.