Addiction

Addiction
Jeudy Henri-Pierre
Ed. Max Milo/Condition humaine

«Ce matin, je me lève décidé à ne pas prendre une cigarette après mon café, comme je l'ai fait depuis une trentaine d'années. Si l'envie est trop forte, je pourrai toujours me recoucher.»

Fumer tue, paraît-il. Mais vivre aussi, alors pourquoi s'en faire ? C'est que l'esprit du temps est à l'hygiène de soi, au corps immaculé, à l'extermination des mauvaises habitudes. Le narrateur se donne donc trois jours pour arrêter de fumer. Mais on ne se défait pas facilement d'une pratique devenue une seconde nature : et voilà notre anti-héros contemporain arrêté, rêveur, au milieu des volutes de fumée. Plusieurs fois par jour, il prend une dernière cigarette en se posant la question obsédante : pourquoi fume-t-on ? La réponse, enfin, est au coeur de cette fiction théorique, élégante et burlesque loin, très loin des méthodes soporifiques supposées nous délivrer de la nicotine.
Présentation de l'éditeur

La malédiction de la Méduse

La malédiction de la Méduse
Emptaz Erik
Ed. Grasset

Le 2 juillet 1816, à la tête d'une mission chargée de reprendre le Sénégal aux Anglais, la frégate La Méduse, commandée par un vieil officier incompétent et alcoolique, échoue au large de la Mauritanie, sur un haut - fond pourtant bien connu des marins. Cent cinquante hommes qui ne pourront prendre place dans les embarcations du bord construisent un radeau de fortune, que les chaloupes remorqueront quelques milles, avant de l'abandonner en pleine mer, avec son fardeau humain.
Entassés sur le radeau, de l'eau jusqu'à mi - cuisse, les naufragés périssent les uns après les autres. Tempêtes, rixes meurtrières, faim lancinante, rage de survivre et désespoir : après quelques semaines, ils ne seront plus que quinze, qui se décideront à manger l'un des cadavres... On connaît le tableau de Géricault, mais sait - on bien les circonstances de ce drame, fait divers historique qui fut, en son temps, un véritable scandale politique ?
La malédiction de la Méduse, roman d'une aventure vraie, fait revivre cette incroyable odyssée.

Erik Emptaz est rédacteur en chef au Canard enchaîné. La malédiction de la Méduse est son premier roman.

Dernières nouvelles des oiseaux

Dernières nouvelles des oiseaux
Orsenna Erik
Ed. Stock

«Ce soir-là, le président présidait une remise de prix au lycée de H. Dès le cinquième très bon élève, il bâilla. Tandis que se poursuivait l'éprouvante cérémonie, l'idée arriva dans son cerveau et, s'y trouvant bien sans doute, commença de germer. Une idée simple, une idée scandaleuse.

D'accord, il faut récompenser les très bons élèves, mais pour quelle raison ceux que je vois ce soir monter un à un sur la scène sont-ils tellement ennuyeux ?

Premièrement parce qu'ils se ressemblent tous.

Deuxièmement parce qu'ils acceptent, sans protester, les matières au programme.

Pourquoi ne pas couronner d'autres enfants, des talents cachés, des passionnés qui explorent sans relâche, qui ne supportent que la liberté, que les devoirs qu'ils se donnent eux-mêmes ? D'abord, nous donnerons à chacun d'entre eux un grand prix de la Passion. Et ensuite... La suite est un secret.»
Présentation de l'éditeur

Abad

Abad
Belorgey Jean-Michel
Ed. Bleu autour/D'un lieu l'autre

Abad, une ville, une détresse

Un été de solitude. Après une collecte de graines dans la campagne, il a compulsivement exhumé d'anciens jouets de sa fille, s'est mis en quête de milliers d'autres objets minuscules et a entrepris, dans un coin de son appartement, de déployer une ville, sa ville, Abad. Il en a conçu un certain apaisement. Au moins pour un temps, qu'il a étiré en tenant la chronique de cette cité. Où l'on apprend que cohabitent en paix l'imprimeur turc Ursus Bey et son rival d'Italien, l'institutrice Frau Damler « à ce qu'il paraît alsacienne » et plusieurs couples de négociants juifs-indiens et chinois, le patron du Bar français - un éléphant - et les lapins factieux, les hérissons, les ours, les cochons... Fin de la partie 1.

Partie II : pourquoi cette utopie qu'il a voulue au bord d'un fleuve, entre mer et désert, quelque part en Orient ? C'est une autre histoire, la sienne. Une détresse : Abad a surgi au bord de son vide, entre ses nostalgies d'enfant et ses colères d'adulte, quelque part où il entrevoyait un refuge. Illusion. « Même à Abad, il y était sans y être. Il avait cru possible de parvenir, un jour, à prendre possession de sa vie. Il savait désormais que c'était un leurre. Que toutes sortes de gens ne faisaient, à cet égard, que semblant, même au jour de leur mort. Qu'en irait-il, ce jour-là, pour lui ? »
Présentation de l'éditeur

Le noir est une couleur

Le noir est une couleur
R?al Gris?lidis
Ed. Verticales

Ce roman autobiographique naît avec les années 60. Jeune mère, Grisélidis Réal s'enfuit en Allemagne avec ses enfants et Bill, son amant noir, arraché à un asile psychiatrique genevois. Au terme de leur cavale, l'étrange famille échoue à Munich. Pour survivre, la narratrice, sans souteneur ni tabou, s'y prostitue.
Mais avec Rodwell, un soldat noir américain rencontré dans un bar interlope, tout redevient possible, malgré la misère.
À travers ce destin d'exception, rendu par un style âpre et saisissant, on découvrira une Allemagne méconnue, celle des boîtes de jazz pour GI's, des petits trafiquants de marijuana et des campements de rescapés tziganes.
Présentation de l'éditeur

Un été à Belfast

Un été à Belfast
Massart Baudouin
Ed. L'Harmattan/Carnets de ville

Juin 2002. Deux amis se rendent en Irlande du Nord dans le cadre d'un projet d'échange culturel entre Belfast et Bruxelles : l'un est journaliste - il connaît déjà la ville -, l'autre est dessinateur - il la découvre. Ensemble, ils apprennent à maîtriser la géographie et les 'frontières internes' d'une ville en tension, partagée entre deux communautés. Mais aussi à dialoguer avec une cité vivante dont les habitants sont, malgré eux, les héros d'une sorte de 'Roméo et Juliette' contemporain.

Catholiques et Protestants se haïssent, se battent ou bien s'ignorent, mais ils se retrouvent parfois autour de projets communs portés à bout de bras par des acteurs issus des deux communautés : jeunes, professionnels, femmes et artistes font émerger des idées nouvelles, souvent en contradiction avec les conservatismes des deux communautés. L'espoir renaît, mais le feu couve toujours sous la cendre... Un récit sincère et lucide, qui ne manque ni d'humour (noir) ni d'émotion.

'Je croise le regard de Francesco. La même idée lui est venue à l'esprit. C'est bien une peaceline, l'une de ces nombreuses frontières intra-urbaines qui délimitent parfois les quartiers catholiques et protestants. Elles servent à se protéger de Ceux-d'en-face... Peaceline ! Encore un de ces termes politiquement corrects. Surtout quand on sait que, dans les faits, ces lignes de paix tiennent le plus souvent lieu de lignes de front. Elles attirent davantage la violence qu'elles n'en protègent...'
Présentation de l'éditeur

La boucherie des amants

La boucherie des amants
Bolan Gaetano
Ed. Dragonne

Dans une petite ville du Chili qui vit les dernières heures du régime de Pinochet, une boucherie de quartier est le théâtre de curieuses rencontres : des réunions obscures s'y tiennent, des passions s'y nouent...

Un enfant aux yeux de nuit, une institutrice révolutionnaire et un boucher fort en gueule composent ainsi le trio majeur de cette fable moderne, teintée d'humour et de poésie.

Mais derrière l'apparente naïveté s'esquisse peu à peu une condamnation amère des régimes totalitaires...
Présentation de l'éditeur

L'Europe, vues d'Afrique. Nouvelles

L'Europe, vues d'Afrique. Nouvelles
Collectif
Ed. Cavalier Bleu/Figuier

Quelle image donne, à l'extérieur, cette Europe habituée à se contempler, à s'inquiéter de ses petites ou grandes querelles internes? C'est la question que nous avons posée à dix auteurs africains. Issus du Maghreb ou d'Afrique sub-saharienne, ils ont choisi, chacun, un aspect particulier de la culture européenne: le rapport au temps, la féminité, la technologie, l'accueil de l'étranger, le culte des morts... De Karnac, de Genève, d'Allemagne ou du Sénégal, l'Afrique regarde l'Europe.

Florent Couao-Zotti, Jean-Luc Raharimanana, Boubacar Boris Diop, Koulsy Lamko, Fatou Diome, Patrice Nganang, Arezki Mellal, Ken Bugul, Aziz Chouaki, Fama Diagne Sène. Dix auteurs, dix textes, dix regards singuliers sur l'Europe.
Présentation de l'éditeur

Le secret de Tchekhov

Le secret de Tchekhov
Bannour Wandan
Ed. Seuil

La narratrice, une certaine Tatiana Richardeau, d'origine russe et spécialiste de littérature, est la fille de l'homme de confiance d'Alexei Souvorine, l'éditeur de Tchekhov. Le livre est censé être écrit, dans les années 50, un demi-siècle après la mort de l'écrivain (en 1904). Tatiana va avec son fils Lev déterrer un coffre que son père avait, sur l'ordre de Souvorine, enseveli dans sa propriété de Crimée. Dans le coffre, ils trouvent : un mémoire biographique de Souvorine sur la vie de Tchekhov, un journal de Tchekhov lui-même et une correspondance passionnée entre l'auteur et l'éditeur. Trois voies pour accéder au secret de Tchekhov. Le roman, présenté à la fois comme une enquête littéraire au coeur de l'URSS stalinienne et une biographie extraordinairement ingénieuse, permet de reconstituer la vie de l'auteur de La Cerisaie et d'Oncle Vania. Toutes les figures de la littérature russe, de la vie théâtrale, de l'entourage familial de Tchekhov resurgissent sous le regard de l'enquêtrice imaginaire et surtout sous la plume d'une des plus grandes spécialistes de la littérature russe.
Présentation de l'éditeur

Cafés crème

Cafés crème
Lancar Charles
Ed. Ramsay

Devenu sur le tard patron d'un bistrot rue de Sèvres, Jean-Louis ne vit que pour et par son café. Derrière son comptoir, il se plaît à observer les couples d'étudiants amoureux, les hommes solitaires, les femmes blessées. Il sait bien qu'il est presque invisible aux yeux de ces inconnus, pourtant ils font tous un peu partie de sa vie.
Inévitablement, Jean-Louis a parfois quelques coups de coeur pour ses fidèles clients. Inévitablement, il éprouve parfois quelques désillusions. Ainsi assiste-t-il à l'idylle naissante entre Florence Galtier, charmante avocate écorchée par sa récente rupture, et le trappeur, un énigmatique quinquagénaire qui noircit avec frénésie son bloc de papier. Il y a aussi Francesco, macho d'un naturel violent, pour qui il s'est pourtant pris d'amitié. Sans oublier ce nouvel habitué, un aveugle, qui chaque matin vient déguster son grand crème.
Voilà quelques-uns des destins solitaires qui se croisent jour après jour à La Chaumette. Finiront-ils par accepter de s'ouvrir les uns aux autres ? L'enlèvement d'un enfant de trois ans va étrangement redistribuer les rôles et donner lieu à d'étonnantes métamorphoses.

Dans ce roman, où l'on retrouve la saveur tendre d'une atmosphère de bistrot, Charles Lancar poursuit avec une belle sensibilité son analyse des comportements humains.
Présentation de l'éditeur

Newsletter