Rêveurs et nageurs

Rêveurs et nageurs
Grozdanovitch Denis
Ed. Corti

Par une certaine fin d'après-midi automnale de l'avant-dernier siècle - au fond d'un jardin à moitié abandonné des alentours de Boston - une fillette nommée Alice James, tout en chantonnant une comptine anglaise sans queue ni tête, pousse nonchalamment une balançoire grinçante sur laquelle est juché son jeune frère Henry en culottes courtes. Ce dernier remarque alors :

«Je crois qu'on peut appeler ça du plaisir parmi les difficultés.»

À tous ceux qui seront sensibles à l'humour poétique, à la sage et profonde gravité de cette phrase prononcée par un garçonnet mélancolique au fond d'un jardin envahi par l'automne, à ceux - rêvant et nageant - dont les forces faiblissent... mais qui restent encore capables d'éprouver d'intenses minutes de plaisir parmi les difficultés croissantes d'un monde bouleversé et parfois tellement infernal qu'on pourrait le croire au bord du désastre, je dédie fraternellement ces pages. D.G.

Dans le même esprit que son recueil précédent, le Petit Traité de Désinvolture, salué unanimement par le public et la critique, Denis Grozdanovitch nous propose ici - toujours extraits de ses carnets - de nouveaux aperçus sur le monde d'aujourd'hui. Dans celui-ci il est à la fois question des diverses manières d'envisager la mécanique automobile, de notre oublieuse relation aux morts, de notre bêtise consubstantielle, de notre difficulté d'accéder à la vraie légèreté, des fidèles compagnons de nos rêves, mais aussi de la grande Amérique ou des dangers de la pensée unique et pour finir de la démoralisation dans les campagnes. Tout cela sous forme de fables anecdotiques et humoristiques tirées du quotidien - où l'observation des détails les plus anodins et les plus précis tient lieu de commentaires.
%Présentation de l'éditeur%%

Johnny Bruxelles

Johnny Bruxelles
Blasband Philippe
Ed. Grasset

Philippe Blasband nous revient avec un roman sur Joris van Brussel, journaliste de presse locale et détective, aussi surnommé Johnny Bruxelles à cause de son attachement à sa ville natale. Il s'est installé dans l'appartement où habitent le narrateur et sa famille pour y vivre ses dernières années. Alors qu'il vient de mourir, le narrateur écoute son fantôme raconter les évènements forts de ses enquêtes. Un roman fort, burlesque, ironique où l'on retrouve avec bonheur la griffe inimitable de Blasband.


Le Dernier Testament

Le Dernier Testament
Le Roy Philip
Ed. Au Diable Vauvert

Judée, en 70 après J.-C. : Yehoshua Ben Yossef enterre son testament.

Fairbanks, de nos jours : une équipe de scientifiques, travaillant sur le mystérieux projet Lazare, est massacrée dans un laboratoire clandestin de recherche clinique. Parmi les victimes, deux prix Nobel de médecine, un agent du FBI et un cobaye humain dont l'autopsie révèle qu'il était déjà mort. Bientôt des créatures monstrueuses rôdent par moins quarante autour de la ville... Le FBI rappelle alors Nathan Love, crack du profiling rompu aux arts martiaux et adepte du zen, qui vit reclus depuis le meurtre de sa femme.

Faisant équipe avec une Esquimaude, Nathan va enquêter sur une série de meurtres de plus en plus violents de l'Alaska à la Californie, de l'Europe aux Philippines et des plus hautes officines secrètes du pouvoir américain jusqu'au Vatican... pour lever le voile sur l'un des secrets les mieux gardés de l'humanité : le testament de Yehoshua Ben Yossef, dit Jésus.
Présentation de l'éditeur

Thriller

Ici on parle flamand & français. Une fameuse collection de poèmes belges

Ici on parle flamand & français. Une fameuse collection de poèmes belges
Collectif
Ed. Castor Astral/Escales du Nord

50ème titre de la collection 'Escales du Nord' aux éditions du Castor Astral, cette anthologie de poèmes et d'aphorismes composée par Francis Dannemark est destinée au grand public, aux enseignants et aux jeunes. Elle propose pour la première fois côte à côte un choix des poèmes d'auteurs belges d'expression française et néerlandais, dont bon nombre de contemporains. Ce volume est une collection de 'poèmes à lire aujourd'hui', courts, accessibles et sans mode d'emploi.
Avec les poèmes de Salvatore ADAMO, Benno BARNARD, Paul BOGAERT, Carino BUCCIARELLI, William CLIFF, Lut DE BLOCK, Frank DE CRITS, Daniel FANO, Jo GOVAERTS, Luuk GRUWEZ, Thomas GUNZIG, Stefan HERTMANS, Peter HOLVOET-HANSSEN, Jacques IZOARD, Eva KAVIAN, Hilde KETELEER, Caroline LAMARCHE, Karel LOGIST, (Thierry pour) Paul NEUHUYS, Leonard NOLENS, Lucien NOULLEZ, Pierre PUTTEMANS, W. R. ROGGEMAN, Frédéric SAENEN, Stefaan VAN DEN BREMT, Miriam VAN HEE, Geert VAN ISTENDAEL et Liliane WOUTERS, etc.

Le rôle de Bart

Le rôle de Bart
Kavian Eva
Ed. Castor Astral/Escales du Nord

Pour effacer une douleur dit-on, il suffit qu'une autre, plus importante, survienne. Que faire pour survivre à la souffrance d'une rupture ? Véritable spécialiste du chagrin d'amour, la narratrice décide cette fois d'arrêter de fumer. Durant cinq jours, elle accumule les stratégies pour renoncer à la cigarette et nous livre un portrait lucide et pourtant plein d'humour de ses amies et voisines de la rue des Déportés, qui, comme elle, élèvent seules leurs enfants, entre blessures et désirs d'amour.
Présentation de l'éditeur

_Eva Kavian__ vit en Belgique où elle anime des ateliers d'écriture. Sont également parus dans la collection 'Escales du Nord' : Autour de Rita et Trois siècles d'amour

Lettres à Madeleine. Tendre comme le souvenir

Lettres à Madeleine. Tendre comme le souvenir
Apollinaire Guillaume
Ed. Gallimard

Edition de Laurence Campa

2 décembre au soir [1915]
Mon amour dans l'horreur mystérieuse métallique muette mais non silencieuse à cause des bruits épouvantables des engins qui sifflent geignent éclatent formidablement notre amour est la seule étoile, un ange parfumé qui flotte plus haut que la fumée noire ou jaune des bombes qui explosent.
Écris-moi de l'amour, sois-moi ma panthère pour me remettre dans la vie de notre cher amour.
Je pense à ton corps exquis, divinement toisonné, et je prends mille fois ta bouche et ta langue. G.A.

Le 2 janvier 1915, Guillaume Apollinaire prend le train en gare de Nice après une permission de quarante-huit heures. Il retourne au 38e régiment d'artillerie de campagne de Nîmes où il fait ses classes. Dans son compartiment, il rencontre une jeune femme, Madeleine Pagès, qui doit embarquer à Marseille. Les deux voyageurs se plaisent, parlent de poésie, échangent leurs adresses.
Trois mois plus tard, Apollinaire envoie du front de Champagne sa première carte postale à Mlle Pagès. Très vite, leurs lettres prennent un tour badin puis fort tendre. Pendant plusieurs semaines, le poète encourage sa «petite fée» à se déclarer : «écrivez-les ces mots qui font que l'on vit», l'implore-t-il. Après les aveux, se développe une relation épistolaire d'une liberté inouïe, fondée sur le mythe du coup de foudre et de l'amour idéal.
Comblant toutes les distances, unissant la grave dignité du combattant à la sensualité lyrique de l'amoureux, les lettres d'Apollinaire défendent sans trêve la poésie, la beauté et la vie.
Présentation de l'éditeur

L'imprévu

L'imprévu
Oster Christian
Ed. Minuit

Nous roulions vers l'île où Philippe fêtait son cinquantième anniversaire quand Laure se mit à éternuer. C'était son premier rhume. C'était la première fois aussi qu'elle me priait, quand nous eûmes pris une chambre d'hôtel, de la laisser seule. Puis, le lendemain, de poursuivre le voyage sans elle. Sans voiture, également. Toutes choses que je n'avais pas envisagées mais qui m'amenèrent bientôt, le pouce levé, au bord de la nationale.
Présentation de l'éditeur

Le Cimetière des anges

Le Cimetière des anges
Pontier Arnauld
Ed. Actes Sud

En 1914, le père Faillard prend sous sa protection un jeune homme qu'il découvre nu dans une tranchée. Amnésique, le survivant reçoit le nom d'Adam. Celui-ci se rétablit progressivement grâce aux soins du prêtre et d'Agnès, jeune fille rescapée des décombres d'une maison.
Avec la Grande Guerre en toile de fond, l'auteur met sa plume exigeante au service d'une réflexion sur le bien et le mal et sur la responsabilité morale - et spirituelle - inhérente à l'amour.

Méditations carnavalesques

Méditations carnavalesques
Giribone Jean-Luc
Ed. Verticales

Méditations carnavalesques est constitué d'une quarantaine de textes courts. Ce n'est ni un recueil de récits, ni la somme des 'choses vues' ou vécues d'un journal intime, ni un essai fragmenté sur les 'mythologies' du temps présent, ni le cabinet de curiosités d'un contemplatif solitaire, ni le carnet d'expérimentation psychédélique d'un amateur de LSD. Mais c'est un peu tout cela à la fois: une invitation au voyage dans un univers, urbain ou champêtre, toujours légèrement décalé, mouvant, peuplé de mots-clefs, de signes familiers, de postures sociales, de visages spectraux, comme autant de personnages allégoriques échappés des fantasmagories de Lewis Carroll. Le défi premier de ce livre se résume à cela: conjuguer plusieurs écritures a priori inconciliables, celle de l'analyse introspective, de l'approche théorique (sociologique, urbanistique, ou linguistique), de la fable désenchantée, de l'inventaire à la Perec et de la satire swiftienne. Le choix des titres chapeautant chaque texte illustre le fil du rasoir sur lequel l'auteur inscrit sa discrète transgression des genres: 'Biographie d'un pronom personnel', 'L'escargot de la vie sociale', 'Visage de femme sur fond urbain', 'Réanimation d'une métaphore moribonde', 'L'océan trouvé dans une bouteille', etc.

Ces proses à la fois cliniques, poétiques et ironiques, parviennent à dépasser les clivages convenus entre raison et déraison, esprit de sérieux et mots d'esprit, joute conceptuelle et plaisir de la langue. L'auteur n'hésite pas à mettre en scène ou en doute le 'je' qui lui sert de narrateur intermittent ? qui rappelle, de loin en loin, un certain Monsieur Plume de Henri Michaux. Bien plus qu'un exercice de style(s) insolite, ce livre s'aventure avec fragilité, humour et délicatesse sur un terrain peu fréquenté parce que miné, ce champ magnétique où littérature et sciences humaines convergent pour mieux court-circuiter nos verbiages, stéréotypes et lieux communs d'aujourd'hui.
Présentation de l'éditeur

La malédiction d'Edgar

La malédiction d'Edgar
Dugain Marc
Ed. Gallimard

«Edgar aimait le pouvoir mais il en détestait les aléas. Il aurait trouvé humiliant de devoir le remettre en jeu à intervalles réguliers devant des électeurs qui n'avaient pas le millième de sa capacité à raisonner. Et il n'admettait pas non plus que les hommes élus par ce troupeau sans éducation ni classe puissent menacer sa position qui devait être stable dans l'intérêt même du pays. Il était devenu à sa façon consul à vie. Il avait su créer le lien direct avec le Président qui le rendait incontournable. Aucun ministre de la Justice ne pourrait désormais se comporter à son endroit en supérieur hiérarchique direct. Il devenait l'unique mesure de la pertinence morale et politique.»

John Edgar Hoover, à la tête du FBI pendant près d'un demi-siècle, a imposé son ombre à tous les dirigeants américains. De 1924 à 1972, les plus grands personnages de l'histoire des États-Unis seront traqués jusque dans leur intimité par celui qui s'est érigé en garant de la morale.

Ce roman les fait revivre à travers les dialogues, les comptes rendus d'écoute et les fiches de renseignement que dévoilent sans réserve des Mémoires attribués à Clyde Tolson, adjoint mais surtout amant d'Edgar. À croire que si tous sont morts aujourd'hui, aucun ne s'appartenait vraiment de son vivant.
Présentation de l'éditeur

Newsletter