Carnet d'absences

Carnet d'absences
Goujon Patrick
Ed. Gallimard/Blanche

«J'étais sûr que c'était toi !
Elle sourit.
Tu ne te souviens pas de moi ?
Elle fait non avec la tête.
On était dans la même école...
Elle le regarde encore plus près, elle s'avance.
Vous êtes sûr de ne pas confondre ?
Il hésite.»

Benjamin et Aube se rencontrent pour la première fois au collège. À travers trois époques distinctes de leurs vies, le roman nous livre une chronique lucide, saisissante de vérité, d'une génération aujourd'hui trentenaire.
Présentation de l'éditeur

Pudeur de la lecture

Couverture non disponible
Ravey Yves
Ed. Solitaires Intempestifs

Comment les livres lus existent-ils en nous ? Que deviennent-ils dans le monde que nous habitons ?
Réfléchir à la lecture, c'est emprunter le labyrinthe de sa propre vie, prendre le risque de cette imbrication des lignes et du temps, du texte et de la chair.

Dans ce court essai, Yves Ravey se place à l'autre bout de la chaîne, celui de la lecture. La lecture est un acte, un frère de l'acte d'écrire, pages cornées, annotations, abréviations, références en marge, et la relecture de ces signes un exercice de mémoire. (Libération)

Peintre peint sur papier peint

Peintre peint sur papier peint
Foix Alain
Ed. Galaade

Un appartement parisien... Le cadavre du peintre Alis Poignant-Alis, dont la tête est affalée dans le cadre de sa toile déchirée... Le sang projeté sur un vieux papier peint révélé sous un miroir en miettes... Un article truqué de la Déclaration des droits de l'homme tracé au rouge à lèvres en guise de signature : le meurtre de l'artiste laisse perplexes les deux policiers chargés de l'enquête, l'inspecteur Pérez, vieux loup de mer de la « Crime », et Dumas, son acolyte aux allures de pingouin ridicule. Un peu sonné par la mise en scène de ce meurtre, Pérez s'en va chercher le repos et l'inspiration auprès de Jane Kruger, belle peintre irlandaise à la crinière fauve, tandis que Dumas s'intéresse à Pierre-Amadou Deng-Xiao-Khane, dit le Chinois, modèle athlétique et mégalo à qui il est arrivé de poser pour la victime. La galerie de portraits ne manque pas de saveur. L'enquête progresse de crimes en crimes, toujours plus sophistiqués les uns que les autres, et auxquels l'inspecteur Pérez se trouve à chaque fois mystérieusement mêlé.

Peintre peint sur papier peint est le premier volet des aventures de l'inspecteur Pérez. Un régal pour les amateurs de suspense et d'histoires baroques. De l'art plastique à la musique contemporaine, Alain Foix nous entraîne au coeur des milieux artistiques. Une écriture débridée et décalée, où le jeu est partout présent : dans les mots, les images ou les situations.

« Je cherchais le mobile, nom de Dieu, Dumas, mais le mobile, c'est le crime lui-même. Oui, vous avez raison, Dumas, c'est un crime d'artiste, un crime expressionniste. À moins que... à moins qu'il ne soit... conceptuel. Mais oui, c'est ça, conceptuel ! »

« Il allait franchir la barrière végétale, quand il tressaillit. Il crut entendre gémir les statues et se figea malgré lui. Une écoute plus précise porta son regard parmi le fatras de cadavres sculptés où il vit émerger un corps vivant badigeonné de couleurs criantes allongé sur le sol. Ce n'était pas un corps, mais deux, emmêlés dans une posture étrange. De cet amas mouvant émergeait de temps à autre une main armée d'un pinceau qui replongeait aussitôt dans la masse gémissante. Deux corps. Deux femmes. Deux femmes peintes peignant en geignant sans peignoir. »
Présentation de l'éditeur

Seuls

Couverture non disponible
Mauvignier Laurent
Ed. Minuit

Pauline est revenue.

En attendant de trouver un appartement, elle s'est installée chez Tony, comme quand ils étaient étudiants.
Tony raconte à son père que rien n'a changé : il fait toujours semblant de n'être pas amoureux d'elle, et elle ne s'aperçoit de rien.
Mais quand Tony part sans prévenir personne, c'est à Pauline que son père va demander de l'aide. Et cette fois, il faudra bien que tout soit dit. Présentation de l'éditeur

Ame soeur

Ame soeur
Améry Yvan
Ed. La Volte

La première fois que je suis allé au Maroc, ma soeur était vivante et moi j'étais mort, cassé, détruit, à enchaîner des fumettes dans ma chambre d'hôtel en plein Rif.

Parfois, je ressentais un bien-être royal ; à d'autres moments, des aiguilles à tricoter me trouaient le cerveau.

C'est à cet instant, je crois, qu'une artère a pété dans la caboche de ma soeur. Comme si Dieu s'était trompé de cerveau.
Présentation de l'éditeur

11 septembre mon amour

Couverture non disponible
Lang Luc
Ed. Stock

Sistac. Western

Sistac. Western
Galibert Charlie
Ed. Anacharsis

Un chasseur de prime déclassé pourchassé par sa proie dans les solitudes hantées de l'Ouest sauvage, un cheval qui aime la tisane, un Indien sénile accroché à son parapluie comme à un parachute ascensionnel, des piliers de saloon à la langue bien pendue, ainsi vont les choses dans le monde de Sistac.

Un étrange western.
Présentation de l'éditeur

Minimum respect

Couverture non disponible
Muray Philippe
Ed. Belles Lettres

L'odeur de l'homme. Chroniques

L'odeur de l'homme. Chroniques
Guillaume Marie-Ange
Ed. Panama

Un recueil de textes sur la vie comme elle va, ou comme elle ne va pas. Marie-Ange Guillaume porte sur le monde un regard amusé et aborde, en vrac, de nombreux sujets d'intérêt général: ses fantasmes navrants, son foie magnifique, son chat dénué d'humour, Dieu, l'amour, l'âme des yaourts périmés...

Un auteur trop rare, d'après Daniel Pennac: «Mais pourquoi faut-il qu'elle ne publie que tous les dix ans, cette conne? Hein, pourquoi? Dites-lui, vous, bon Dieu!

Dites-lui qu'il nous en faut plus et plus souvent...

Dites-lui, moi, elle ne m'écoute pas.»
Présentation de l'éditeur

Quatre soldats

Couverture non disponible
Mingarelli Hubert
Ed. Seuil

Récit d'une amitié de guerre

Quatre soldats de l'Armée rouge en perdition sortent d'une forêt polonaise où ils ont passé un hiver terrible. Ils se livrent à des razzias dans les villages, se baignent dans un étang et enrôlent de force un jeune garçon : se faisant scribe des quatre illettrés, Evdokim consignera dans un précieux carnet tous leurs faits et gestes. Mais les liens qui unissent ces hommes ne pourront tenir longtemps à distance à la réalité tragique de la guerre. Très beau roman, servi par une écriture minimale et limpide, qui a valu à son auteur le Prix Médicis 2003.