Le lac inconnu. Entre Proust et Freud

Le lac inconnu. Entre Proust et Freud
Tadié Jean-Yves
Ed. Gallimard

On trouvera ici un inventaire des sujets que Proust et Freud ont traités, si nombreux qu'on ne les a sans doute pas abordés tous. Les deux hommes, s'ils s'étaient rencontrés, auraient eu tant de choses à se dire ! Dans un genre longtemps illustre, on rêve d'un dialogue des morts. Chaque thème découlant du précédent, en partant du rêve et jusqu'à la mort, nous avons espéré éclairer l'un par l'autre, comme si les discours alternés se fondaient en un propos unique : il faut être deux pour parvenir à la vérité. Ce que j'ai cherché, c'est à comparer deux intelligences, deux attitudes, deux comportements face aux hommes et au monde, face à soi aussi. Comme si, des deux termes de la comparaison, des deux pôles de la métaphore, pouvaient, je l'espère, jaillir une étincelle, une idée, une impression poétique. Ainsi se souviendra-t-on toujours de l'un quand l'autre parle.

J.-Y. T.

La solidarité écologique. Ce lien qui nous oblige

La solidarité écologique. Ce lien qui nous oblige
Mathevet Raphaël
Ed. Actes Sud

Notre époque connaît une phase d'épuisement des ressources naturelles, de révolution technologique, d'érosion de la biodiversité, d'altération de nos liens à la nature, de déficit de relations sociales, de perte de sens au sujet de notre « être au monde ». Comment convertir cet abattement ordinaire en une reconquête de l'avenir ?

Plutôt que de passer en revue les épreuves du temps, Raphaël Mathevet met en lumière une écologie de la réconciliation. Il invite à penser la biosphère qui nous porte, l'interdépendance des êtres vivants, entre eux et avec les milieux naturels, et ce à quoi nous oblige cette solidarité écologique. Celle-ci, avec la justice environnementale comme pilier, appelle à la responsabilité mais surtout enrôle le principe d'espérance pour refonder le souci de soi, le respect des autres - humains et non-humains -, dans un nouveau contrat naturel.

Cet essai engagé nous convie à la réflexion et à l'action. Il souligne les défis des controverses scientifiques, de l'écologie démocratique dans cette aire de transition qui s'offre à nous. En proposant un nouvel horizon, la solidarité écologique nous prépare à la grande transformation de nos sociétés. Au seuil de nos déraisons, elle seule permettra de poursuivre le chemin : assurément, c'est maintenant qu'il faut l'inventer.

Que diraient les animaux, si... on leur posait les bonnes questions

Que diraient les animaux, si... on leur posait les bonnes questions
Despret Vinciane
Ed. La Découverte

Est-ce bien dans les usages d'uriner devant les animaux ? Les singes savent-ils vraiment singer ? Les animaux se voient-ils comme nous les voyons ? À quoi s'intéressent les rats dans les expériences ? Pourquoi dit-on que les vaches ne font rien ? Etc. Ce livre pose vingt-six questions qui mettent en cause nos idées reçues sur ce que font, veulent et même «pensent» les animaux. Elles permettent de raconter les aventures amusantes ou stupéfiantes qui sont arrivées aux animaux et aux chercheurs qui travaillent avec eux, mais aussi aux éleveurs, aux soigneurs de zoo et aux dresseurs.

À la lecture de ces récits désopilants, on pourrait se demander si les animaux n'ont pas un sens de l'humour bien à eux : ils semblent parfois trouver un malin plaisir à créer des situations qui aboutissent à ce que les plus savants des spécialistes soient désarçonnés, obligés de faire de nouvelles hypothèses risquées et, toujours, de constater que les animaux ne sont pas si bêtes que ça... On se délectera de ces incroyables histoires qui nous obligent à faire, chemin faisant, de l'éthologie et de la philosophie. Après avoir lu ce livre qui se présente sous la forme d'un abécédaire, on ne regarde plus son chien de la même manière !

La servitude volontaire aujourd'hui. Esclavages et modernité

La servitude volontaire aujourd'hui. Esclavages et modernité
Chaignot Nicolas
Ed. PUF

Au centre de la crise de la modernité que traversent nos sociétés actuelles se trouve la question du travail.

Les transformations récentes du capitalisme, notamment les nouvelles formes d'organisation du travail, remettent en cause les fondements modernes de la liberté, de l'égalité et de la dignité humaine. Inégale répartition des richesses, injustices sociales et surtout démultiplication sans cesse croissante des pathologies en rapport avec le travail : comment interpréter ces évolutions ? Face à l'impuissance politique à protéger les «citoyens-travailleurs» d'une tyrannie sans nom, la question de la servitude se pose inévitablement.

Pour penser ce redoutable retournement des valeurs modernes, il faut considérer l'histoire présente comme une métamorphose des rapports historiques entre esclavages et modernité. Cette question est nécessaire pour comprendre ce qui fait spécifiquement époque : l'exigence de servitude volontaire envers le salariat. Face à ces nouvelles formes de domination, le droit apparaît comme l'unique garde-fou contre cette forme d'auto-destructivité du monde moderne.

L'école de Lvov-Varsovie. Philosophie et logique en Pologne (1895-1939)

L'école de Lvov-Varsovie. Philosophie et logique en Pologne (1895-1939)
Wolenski Jan
Ed. Vrin

Ancien étudiant de Brentano et de Zimmerman, Kazimierz Twardowski, après son élection à la chaire de philosophie à Lvov en 1895, créa autour de lui un cercle d'étudiants et de collaborateurs exceptionnel, connu aujourd'hui sous le nom d'École de Lvov-Varsovie. À mi-chemin entre Vienne et Cambridge, c'est à Lvov, et puis partiellement à Varsovie, que Jan Lukasiewicz, Stanislaw Lesniewski, Alfred Tarski, Kazimierz Ajdukiewicz, Tadeusz Kotarbinski et bien d'autres encore, repensèrent dans un esprit d'analyse les questions fondamentales de la philosophie du langage, de la logique, de la philosophie des sciences et des mathématiques.

Plus qu'une simple traduction, ce livre est une version révisée de la monographie désormais classique que Jan Wolenski, connu pour ses travaux non seulement en histoire de la philosophie analytique, mais aussi en épistémologie et en théorie de la vérité, a consacrée à l'École de Lvov-Varsovie.

Le voyage de Nietzsche à Sorrente et la genèse de la philosophie de l'esprit libre

Le voyage de Nietzsche à Sorrente et la genèse de la philosophie de l'esprit libre
D'Iorio Paolo
Ed. CNRS

Automne 1876 : Nietzsche, jeune professeur de philologie à Bâle, brillant élève de Ritschl, part pour Sorrente, invité par son amie Malwida von Meysenbug. C'est son premier voyage dans le Sud : une découverte qui va changer sa vie et le cours de sa philosophie. C'en est fini des tentatives de renouveler la culture allemande au nom de la cause wagnérienne ; l'auteur de La Naissance de la tragédie (1872) commence sa mue.

Paolo D'Iorio dresse la carte de cette métamorphose : lectures et discussions, promenades, explorations des environs avec son ami Paul Rée et l'étudiant Albert Brenner ; il fait revivre cette sociabilité joyeuse et confiante qui fertilise l'élan créateur de Nietzsche. C'est à Sorrente que Nietzsche entreprend la rédaction de Choses humaines, trop humaines, dédié à Voltaire. Cette oeuvre, la première sous forme d'aphorismes, inaugure sa philosophie de la maturité. La rupture avec Wagner qu'il verra alors pour la dernière fois, est intellectuellement consommée bien qu'encore cachée.

À la suite de ce voyage, Nietzsche abandonnera sa chaire bâloise et entamera une existence de philosophe sous le signe du Midi entre la Suisse, la France et l'Italie.

Faites les fêtes

Faites les fêtes
Marmande Francis
Ed. Nouvelles éditions Lignes

Les fêtes populaires, sont contestées. Elles l'ont toujours été. Elles sont incontrôlables. C'est bien ce qui les fait « fêtes ». On les aime, on s'y aime, on s'y perd, on les fait. Les fêtes sont un savoir-faire, un savoir-vivre et un savoir-mourir. Une joie d'abandon.

Il ne viendrait à personne l'idée de contester les fêtes pomponnées : fêtes privées, Palace dans les années 1980, yachts, fantaisies du Fouquet's, Ibiza, tout ce qu'on ne sait pas. Mais on conteste à tout bout de champ les fêtes populaires : fêtes « vulgaires », fêtes « excessives », fêtes « alcoolisées », fêtes « braillardes », « violentes », « dévergondées »... Mais oui, mais oui !

Pomponnées ou populaires, les Fêtes, on n'y assiste pas.

On y va. On n'y participe pas : on les fait ou on ne les fait pas.

Avec leur extraordinaire festival de musiques de rue, de chants, leur joie collective, leur puissance d'attraction, leurs délires consentis, les Fêtes de Bayonne servent ici de point de départ. Universelles, elles ne sont pas les plus ceci ou les plus cela... Mais, de toutes les fêtes connues, ce sont d'assez loin les plus « fêtes de Bayonne ». Pas plus. Pas moins.

Les faire de 63 façons différentes depuis 1949 donne quelques idées.

Thèses sur le concept de grève

Thèses sur le concept de grève
Institut de démobilisation
Ed. Nouvelles éditions Lignes

«Les présentes thèses se rejoignent sur un refus : celui de la pensée, tellement commune, mais morte, qui fait de la grève un moyen. Elles - chacune à leur manière, et des lieux divers d'où elles surgissent - contredisent ce dogme. Elles disent que la grève est la fin ; elles en chantent l'éloge. Car seul le désir vit d'être sans but.»

Ce livre fait de la grève, successivement, thèse après thèse, un sacrifice fait au soleil, acte de perte et d'orage (Bataille), un balbutiement et un saut par-dessus le savoir (Kleist), l'empêchement d'un devenir-message pour l'empereur (Kafka), une action (Arendt), le nom réel et conspué de la démocratie (Rancière), l'abolition d'une séparation (Marx), le rétablissement d'une possible foule (Foucault), un orgueil revenu (Montaigne), le mythe (Sorel), les têtes de MM. Foulon et Bertier (Chateaubriand), un scandale (Kristin Ross), le point culminant de l'existence des sociétés modernes, soulevées soudain à une sorte d'incandescence transformante (Caillois), l'invention de l'impossible (Bergson), le commencement (Péguy), une écharde ouverte dans la chair de l'Histoire (Benjamin)...

Les employés, aperçus de l'Allemagne nouvelle (1929)

Les employés, aperçus de l'Allemagne nouvelle (1929)
Kracauer Siegfried
Ed. Belles lettres

Il s'agit ici de ce que Walter Benjamin appelait, dans un compte rendu qu'il fit à l'époque de l'ouvrage, une «contribution à la sociologie des employés», d'un style et d'une méthode bien différents cependant. L'auteur circonscrit d'abord son objet d'étude par les données statistiques et les premières études de spécialistes ; puis il mène en dix semaines une enquête de terrain à Berlin : il étudie minutieusement les conditions d'habitat, de transport et de travail (des usines aux bureaux de placement) des employés, dont il dit la prolétarisation progressive. Il mène des entretiens avec les employés et les employeurs ; il participe à leurs loisirs (le cinéma surtout, le sport aussi) et s'immisce dans leur intimité en dépouillant la correspondance privée de quelques-uns d'entre eux. L'étude volontairement totalisante des employés réunit et rejoint les thèmes qui ont toujours intéressé l'auteur, et auxquels il avait déjà réfléchi. Terminé à la fin de 1929, le manuscrit est publié en une série de dix articles dans le journal auquel Kracauer collabore, le Frankfurter Zeitung. Le livre paraît dans les mois suivants. En mai 1933, il vient rejoindre le bûcher de livres dénoncés comme subversifs par les nazis.

L'argent sans foi ni loi

L'argent sans foi ni loi
Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot
Ed. Textuel

Les plus riches accumulent aujourd'hui des millions d'euros tandis que des millions d'Européens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Comment se fait-il que l'argent, conçu pour faciliter les échanges de biens, et qui était donc créateur de lien social, soit devenu le symbole universel de la réussite personnelle ? Voire la valeur suprême de l'existence, au-delà de préceptes des religions et du respect des droits fondamentaux garantis par les législations. Comment en est-on arrivé là ? Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, auteurs à succès et spécialistes des grandes fortunes, montrent que l'argent a été dévoyé de sa fonction initiale pour devenir une arme au service des nantis. La virtualisation de la monnaie, la dérégulation des marchés, les arrangements entre financiers et politiques, l'exil fiscal et le dumping social sont autant de stratégies dans l'impressionnante panoplie des oligarques qui leur permet de conserver et de consolider leurs privilèges exorbitants. Émaillant leurs analyses d'exemples et de propositions concrètes, les deux sociologues suggèrent de revenir de toute urgence à un encadrement plus strict de l'argent, afin qu'il redevienne ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être : un bien public.