Le pire n'est pas certain

Le pire n'est pas certain
Catherine et Raphaël Larrère
Ed. Premier Parallèle

La chose est entendue : nous ne vivons plus dans un système climatique stable, la biodiversité s'érode, les océans s'acidifient. En entrant dans l'ère de l'Anthropocène, nous avons perdu le contrôle de notre monde. La science de l'effondrement, ou collapsologie, affirme que la catastrophe est inévitable et qu'il ne nous reste plus qu'à nous y préparer. Il nous faut accepter la chute, que l'on s'en désespère ou que l'on y trouve une Jouissance coupable. Autrement dit, « il n'y a pas d'alternative » - comme le disait en son temps Margaret Thatcher. 

Acheter chez Tropismes : Le pire n'est pas certain

Manifeste pour une écologie de la différence

Manifeste pour une écologie de la différence
Hicham-Stéphane Afeissa
Ed. du dehors

Le philosophe estime que l'animal conçu comme un être sensible et vulnérable reste une abstraction, qui, sous couvert d'élever son statut et de lui garantir une protection, ne respecte pas son altérité fondamentale et la richesse de son mode d'existence. Il s'enquiert d'un cadre conceptuel unifié pouvant mettre en cohérence approches environnementales et animales à l'ère de l'anthropocène.

La chauve-souris et le capital

La chauve-souris et le capital
Andreas Malm
Ed. La Fabrique

Sur la piste du Covid-19, les chauves-souris restent le suspect n°1 des virologues dans la transmission du virus à l'homme. Mais d'autres facteurs, bien humains, ont contribué à abolir la « barrière des espèces » et à propager l'épidémie dans le monde entier : la déforestation accélérée, le commerce lucratif des animaux sauvages, l'explosion du trafic aérien et le réchauffement climatique. Ce livre décrit les mécanismes par lesquels le capital, dans sa quête de profit sans fin, produit le risque épidémique comme l'effet de serre, sans fin. À l'échelle microbienne comme atmosphérique, l'urgence est devenue chronique - et ne rien faire serait fatal.

Acheter chez Tropismes : La chauve-souris et le capital

Le grand dérangement

Le grand dérangement
Amitav Ghosh
Ed. Wildproject

La crise climatique est un nouveau type d événement, difficile à se représenter, car incompatible avec les récits et l'imaginaire qui ont structuré notre monde. Ce phénomène constitue la réfutation de nos récits, de nos histoires et de nos mythes modernes.


Ghosh nous invite donc à un remaniement en profondeur de nos cadres narratifs.

Acheter chez Tropismes : Le grand dérangement

Raviver les braises du vivant

Raviver les braises du vivant
Baptiste Morizot
Ed. Actes Sud & Wildproject

Le tissu du vivant dont nous sommes des fils se déchire tout autour de nous, fragilisant nos futurs possibles. Nous le savons, et pourtant le sentiment d'impuissance domine. Pourquoi ? C'est qu'on défend mal ce qu'on comprend mal. Et si nous nous étions trompés sur la nature de la « nature » ? On imagine volontiers le monde vivant aujourd'hui comme une cathédrale en feu. Mais le tissu du vivant, cette aventure de l'évolution qui trame ensemble toutes les espèces de la biosphère, n'est pas un patrimoine figé et fragile. Il est une force dynamique de régénération et de création continue. Le vivant actuel, ce n'est pas une cathédrale en flammes, c'est un feu qui s'éteint.

Acheter chez Tropismes : Raviver les braises du vivant

La pensée végane

La pensée végane
Sous la direction de Renan Larue
Ed. PUF

Pas un jour ne passe désormais sans qu'un abattoir ou un élevage ne fasse l'objet d'un scandale, sans que des éleveurs ne prennent la parole pour répondre aux critiques, sans que ne soit questionnés la consommation de viande ou le bien-être animal. Si le véganisme prend de l'ampleur en Occident, les passions qu'il déchaîne se traduisent par des débats animés et même enflammés, souvent au détriment de la justesse des arguments et de l'exactitude des faits.

Acheter chez Tropismes : La pensée végane

Etre écoféministe : théories et pratiques

Etre écoféministe : théories et pratiques
Jeanne Burgart Goutal
Ed. L'échappée

Oppression des femmes et destruction de la nature seraient deux facettes indissociables d'un modèle de civilisation qu'il faudrait dépasser : telle est la perspective centrale de l'écoféminisme. Mais derrière ce terme se déploie une grande variété de pensées et de pratiques militantes.

Rompant avec une approche chic et apolitique aujourd'hui en vogue, ce livre restitue la richesse et la diversité des théories développées par cette mouvance née il y a plus de 40 ans : critique radicale du capitalisme et de la technoscience, redécouverte des sagesses et savoir-faire traditionnels, réappropriation par les femmes de leur corps, apprentissage d'un rapport intime au cosmos...

Penser comme un iceberg

Penser comme un iceberg
Olivier Remaud
Ed. Actes sud

Comment voir la vie sauvage avec des yeux nouveaux ?

Olivier Remaud nous fait passer derrière les apparences. La neige crisse, la banquise craque, des blocs de glace dérivent sur l'océan. On navigue en kayak, on plonge dans des eaux froides, on entend les voix de peuples autochtones. Des écosystèmes entiers surgissent d'une nature que l'on croyait vide.

Acheter chez Tropismes : Penser comme un iceberg

L'invention du colonialisme vert

L'invention du colonialisme vert
Guillaume Blanc
Ed. Flammarion

L'Histoire débute à la fin du XIXe siècle. Persuadés d'avoir retrouvé en Afrique la nature disparue en Europe, les colons créent les premiers parcs naturels du continent, du Congo jusqu'en Afrique du Sud. Puis, au lendemain des années 1960, les anciens administrateurs coloniaux se reconvertissent en experts internationaux. Il faudrait sauver l'Éden! Mais cette Afrique n'existe pas. Il n'y a pas de vastes territoires vierges de présence humaine, et arpentés seulement par ces hordes d'animaux sauvages qui font le bonheur des safaris touristiques. Il y a des peuples, qui circulent depuis des millénaires, ont fait souche, sont devenus éleveurs ici ou cultivateurs là. Pourtant, ces hommes, ces femmes et enfants seront - et sont encore - expulsés par milliers des parcs naturels africains, où ils subissent aujourd'hui la violence quotidienne des éco-gardes soutenus par l'Unesco, le WWF et tant d'autres ONG.

Acheter chez Tropismes : L'invention du colonialisme vert

Métamorphoses

Métamorphoses
Emmanuele Coccia
Ed. Rivages

Nous avons toutes et tous été fascinés par ce mystère : une chenille se métamorphose en papillon. Leurs corps n'ont presque rien en commun. Silhouette, anatomie, habits différents. L'un rampe quand l'autre voltige. Ils ne partagent pas le même monde : le sol contre l'air. Pourtant, ils sont une seule et même vie. Un seul et même moi.

Acheter chez Tropismes : Métamorphoses