D'Hadrien à Zénon. Correspondance 1951-1956

Couverture non disponible
Yourcenar Marguerite
Ed. Gallimard

«Cette intégrale des lettres autorisées par Marguerite Yourcenar, de la publication de Mémoires d'Hadrien (1951) jusqu'à 1956, accompagne ce premier chef-d'?uvre par rapport auquel 'mes livres précédents seront évalués à l'avenir... et qui représentent le travail de toute une vie'.
Elles montrent l'écrivain aussi attentif au processus de publication qu'au processus de création, dans la gestion infatigable de son ?uvre. Émerge de cette correspondance une Yourcenar peu connue, qui conseille, proteste, légifère, attaque, revendique, se défend, défend les autres, se fait avocate, procureur, comptable, iconographe, correctrice, traductrice et, surtout, admirable critique et interprète de son ?uvre propre. [...]
Et pourtant ces documents où l'auteur de Mémoires d'Hadrien quitte le peplum et se laisse aller à l'humeur du quotidien, jusque dans certain relâchement d'expression, dissiperont bien des idées reçues sur cet esprit libre et son humour parfois décapant : 'Le respect d'un texte est une forme de respect de la vérité', écrit-elle à Alexis Curvers. C'est le même souci d'exactitude qui a inspiré les éditeurs de cette correspondance dans l'établissement et l'annotation de ces lettres. Des lettres où progressivement le laboratoire de Mémoires d'Hadrien s'ouvre sur la refonte d'une ?uvre ancienne, antichambre de L'?uvre au Noir.»
Élyane Dezon-Jones et Michèle Sarde.
Présentation de l'éditeur

Nouvelles Impressions d'Afrique

Couverture non disponible
Roussel Raymond
Ed. Al Dante/Léo Scheer

Un travail d'exégèse permettant de (re)découvrir l'?uvre de Raymond Roussel,

'le moins lu des auteurs célèbres', référence de nombreux écrivains des XXe et XXIe siècles.

Nouvelles Impressions d'Afrique : un long poème en alexandrins, publié chez J.-J. Pauvert en 1932. Une description imaginaire, procédant d'un travail systématique sur les signes de la langue. Le jeu des glissements de forme et de sens, les rapprochements forcés (par homonymie, calembours...) président à l'élaboration d'un mécanisme producteur de discours poétique. Au terme de longues années de recherche, Jacques Sivan propose cette édition des Nouvelles Impressions d'Afrique, mises en couleur(s) selon la volonté de l'auteur, qui n'a jamais eu les moyens de publier son texte tel qu'il l'avait conçu à l'origine. Le livre se présente en cahiers pliés (non entièrement massicotés), chacune des 59 illustrations complétant le texte se trouvant au creux de pages à entrouvrir, à espacer pour entrer au c?ur du livre, de ses plis et replis. Une postface de Jacques Sivan éclaire ensuite ce jeu des couleurs, des plis et des illustrations, offrant une lecture possible du texte tel qu'il fut désiré, pensé, conçu par Raymons Roussel.

' Nouvelles Impressions d'Afrique de Raymond Roussel est un livre fondamental pour l'écriture d'aujourd'hui. Il est Le Livre que Mallarmé n'a pas eu le temps d'achever. Nombreux sont les points communs qui rapprochent les ?uvres de ces deux auteurs : importance de la question du pli, possibilité de lectures multiples par des procédés révolutionnaires parfois identiques, conception du livre à n dimensions précurseur des réalités virtuelles que nous connaissons aujourd'hui. Trois raisons ont motivé cette nouvelle édition. La première est de mettre à la disposition du public un ouvrage actuellement épuisé. La deuxième raison est de publier pour la première fois Nouvelles Impressions d'Afrique en respectant les v?ux de l'auteur : respect de la place des illustrations par rapport au texte, lui-même mis en couleur d'après un code qui tient compte des problématiques de l'ensemble de son ?uvre. La troisième raison est de tenter de répondre aux différentes interrogations que ce travail suscite : Pourquoi des illustrations ? Que signifient-elles ? Pourquoi les avoir commandées de façon anonyme à Henri-Achille Zo ? Quelle relation entretiennent-elles avec le texte ? Pourquoi 59 pages d'illustrations et 59 pages de texte ? Pourquoi avoir utilisé seulement les rectos ? Pourquoi la couleur ? Pourquoi telle couleur plutôt que telle autre ? Que signifie un texte en couleur ? Quelle lecture peut-on faire de l'ensemble de ce dispositif dont l'auteur fut, pour Marcel Duchamp, un modèle ? Quel statut cette ?uvre confère-t-elle à celui qui la conçoit (et à celui qui la lit) : est-il un ' héros ' ?, un ' élu ', un simple ' opérateur ' ? Ou, comme on l'a souvent dit, un fou ? ' [Jacques Sivan.]


Raymond Roussel (Paris, 1877 ? Palerme, 1933), ' le plus grand magnétiseur des temps modernes ' avec Lautréamont, selon André Breton, a publié : La Doublure (1897), La Vue (1902), Impressions d'Afrique (1910), Locus Solus (1914), L'Etoile au front (1924) et La Poussière de soleils (1926) et Comment j'ai écrit certains de mes livres. Nouvelles Impressions d'Afrique (1932) est le dernier de ses livres parus de son vivant.
Présentation de l'éditeur

Transit & Cie

Couverture non disponible
Maspero François
Ed. La Quinzaine littéraire

On peut faire un tour des mots comme on fait un tour du monde. Rien de tel que la forme de l'abécédaire pour voyager par les chemins buissonniers. Dans ' l'immense géographie des mots ' l'auteur en choisit quelques-uns, libre ensuite au lecteur de se déplacer à sa guise. Mots-îles ou mots-continents, on y séjourne le temps qu'on veut, et toujours en transit. C'est à un voyage de ce genre, dans le temps autant que dans l'espace, que nous convie François Maspero. Temps de la mémoire : paysages et êtres disparus de l'enfance. Espaces d'aujourd'hui : Cuba, Bosnie, Balkans, Varsovie, terre et peuples meurtris de Palestine et d'Israël. Un mot suffit, et les images affluent. Images-souvenirs, légères comme des cartes postales ' Baleines ', ' Chemin de fer ', ' Sirènes '... Images plus graves pour décrire le présent : ' Deuxième patrie ', ' Frontières ', ' Liberté '... Tirées du grand désordre du monde, ces images éclatées finissent par recomposer, comme en filigrane, le parcours d'un auteur qui n'a eu de cesse de lire et de faire lire les ' paysages humains '.
Présentation de l'éditeur

Voulez-vous partir avec moi ?

Couverture non disponible
Collectif
Ed. Complexe

28 auteurs belges proposent leur invitation au voyage, partir loin mais aussi rentrer en soi et explorer les paysages de l'imaginaire, du rêve, de l'utopie. Nouvelles, poèmes, monologues, dialogues et confessions vous invitent à les suivre... Avec les textes, entre autres, de Thomas Gunzig, Henri Bauchau, Francis Dannemark, Jacqueline Harpman, Caroline Lamarche, Pierre Mertens, Marcel Moreau, Patrick Roegiers, Jacques Sojcher...

La dormeuse de Naples

Couverture non disponible
Goetz Adrien
Ed. Le Passage

Sujet rêvé pour un écrivain historien de l'art que la disparition d'un chef-d'oeuvre de la peinture : Adrien Goetz construit une très belle fiction autour de La dormeuse de Naples, tableau d'Ingres. Qu'est devenue la toile après la chute de Murat et le retour des Bourbons sur le trône de Naples ? Personne ne le sait. Pendant de la célèbre 'Odalisque' brune, le tableau montrait une femme à la blonde nudité. Trois peintres de l'époque romantique - Ingres, Corot et une ami de Géricault, nous livrent dans leurs cahiers les résultats de leurs supputations...

_Adrien Goetz__ est maître de conférence en histoire de l'art à la Sorbonne. Auteur de plusieurs ouvrages dans ce domaine, il a publié jusqu'ici deux romans aux éditions Le Passage (Webcam et La dormeuse de Naples).

Jusqu'au dernier de mes jours

Couverture non disponible
Harpman Jacqueline
Ed. Labor

S'il était donné à Jacqueline Harpman de choisir l'objet de sa réincarnation, à coup sûr, elle serait une femme. Mais quelle femme ? Celle qui, comme dans la nouvelle qui inaugure le recueil, se bat aux côtés d'hommes et de femmes pour venger la mort de son père et celle d'autres résistants ? Ou encore celle qui, par peur de vieillir, enfante à près de soixante ans et se condamne elle-même ainsi que son enfant à vivre à l'écart du monde ? Ou bien encore celle qui sauva, à sa façon, les vierges de son pays des griffes du dragon ? Autant d'histoires singulières qui ont toutes pour fil rouge des destins de femmes.
Présentation de l'éditeur

Le chapeau de Monsieur Freud

Couverture non disponible
Minor Nata
Ed. Grasset

Vienne, au début du siècle dernier. Sigmund Freud sort de chez lui.

Quel joli temps pour une promenade ! Tiens, bonjour, Frau Emmy ! Au moment de remettre son chapeau, il s'étonne : ce ne sont pas ses initiales. Mais d'où lui vient ce chapeau ? Un de ses patients l'aurait-il confondu avec le sien ? et voici le célèbre médecin, troublé par sa découverte, marchant et s'égarant dans les rues de Vienne. Les associations d'idées se précipitent, troublantes, baroques, désordonnées. L'écrivain Arthur Schnitzler y tient une place importante, ainsi que la femme, ' cette inconnue '. Ce roman, qui puise ses éléments dans la vie et l'?uvre de Freud, fait la part belle à l'humour, laissant le lecteur, s'il le souhaite, le soin de démêler la fiction de la réalité. A qui appartient le chapeau de Monsieur Freud ?
Présentation de l'éditeur

Nata Minor est née en Russie. Elle suit toute sa famille en France, où elle vit depuis son enfance. Psychanalyste, traductrice et écrivain, son dernier roman - Le chapeau de Monsieur Freud - s'inspire directement de son expérience de praticienne.

Quatuor pour une autre vie

Couverture non disponible
Claire Lejeune, Jacques Sojcher, Marcel Moreau, Raoul Vaneigem
Ed. Luce Wilquin

Quatre écrivains composent ensemble, dans leur solitude et leur différence, une musique de la pensée qui soulève la pesanteur du monde : l'idolâtrie de la religion et celle de la pensée unique du profit. Ils présentent chacun une utopie habitable. Ils affirment leur refus de toutes les formes religieuses et laïques de salut qui nous inféodent, de toutes les réductions identitaires qui font de l'homme une chose ou un ' fou de Dieu '.
Leur propos est simple : dépasser le nihilisme en ces nouveaux temps de la détresse, parier pour l'homme - au-delà des désenchantements, des résignations, des compromissions. Claire Lejeune, Marcel Moreau, Jacques Sojcher et Raoul Vaneigem offrent en partage leur désir de vivants, au rythme du devenir humain.
Présentation de l'éditeur

Du jour au ciel

Couverture non disponible
Frédérique Dolphijn & Jan Peter Thorbecke (ill.)
Ed. Esperluète

Du jour au ciel nous parle des secrets, des blessures de la vie, et de ce qui la reconstruit : l'amour heureux et bienveillant qui unit un jeune garçon à son grand-père, la complicité de cet enfant qui ne parle pas et de sa petite voisine qui le comprend, l'attachement de l'enfant à son village et à sa terre, le lien qui se tisse entre lui et une femme qui « pourrait » être sa mère.
C'est l'histoire d'un village hors du temps. Gil, un jeune garçon, regarde la vie à travers les paysages qui le bercent et l'habitent. Les événements qui traversent sa vie d'enfant l'amènent à nous parler avec une grande lucidité et beaucoup d'amour.
Et c'est là que l'écriture de Frédérique Dolphijn fait merveille. Avec des mots simples et une écriture travaillée aux limites de l'enfance, elle donne vie à ses personnages : Papy, Gil, Fanny, Elise et Anne tissent entre eux les liens du récit au plus juste des sentiments.
« A qui offrir tout cet amour que l'on donne à quelqu'un lorsque celui-ci nous quitte ? »
Du jour au ciel sent la terre, le bois et l'herbe mouillée, la forêt, les feuilles et les sentiers.
On voit l'église et la place du village et la kermesse annuelle.
Les gravures de Jan Peter Thorbecke, rugueuses et tendres, nous accompagnent dans l'histoire, elles nous donnent à percevoir ce petit bout d'univers.

Frédérique Dolphijn est née à Ixelles en 1962. Après des études artistiques, elle entre au Conservatoire Royal d'art dramatique de Bruxelles. Elle est l'auteur de plusieurs court-métrages et est récompensée à ce titre dans divers festivals (elle reçoit notamment le Grand prix du festival de Vaux-en-Velin, ainsi que la Vague d'or du festival de femmes de Bordeaux).
Depuis 1997, Frédérique Dolphijn a mis en scène, adapté ou écrit une dizaine de pièces de théâtre (entre autres au Théâtre de L'L et au Théâtre le Public, à Bruxelles).
Réalisatrice, metteur en scène, comédienne et écrivain, elle s'intéresse aux passerelles entre théâtre et cinéma. Elle a dirigé de nombreux ateliers d'acteurs et enseigne le Shintaïdo. Du jour au ciel est son premier roman publié.

Jan Peter Thorbecke est né à Leipzig en 1942. Il travaille, dans un premier temps, auprès de quelques éditeurs sud-allemands, avant d'étudier la peinture à Hambourg et Stuttgart, et de s'intéresser à la pédagogie artistique et à l'histoire. Au cours de cette période, il est marqué par des professeurs proches du réalisme magique, de l'art informel ou de l'art concret. De 1973 à 1993, il est peintre indépendant, professeur d'art et d'histoire et animateur de musée à Darmstadt. Depuis 1994, il partage son temps entre Bruxelles et Constance. Il vient à la gravure dès 1985, d'abord sur métal puis également sur bois et en lithographies.

L'enfant bleu

Couverture non disponible
Bauchau Henry
Ed. Actes Sud

A Paris, dans un hôpital de jour, Véronique, une analyste, prend en charge Orion,

un jeune adolescent gravement perturbé. Malgré ses difficultés, elle discerne qu'il est doué d'une imagination puissante et entreprend de l'orienter vers le dessin et la sculpture. Les chemins de l'art et ceux de la vie quotidienne sont semés d'incertitudes et d'échecs, mais dans ses ?dictées d'angoisse?, Orion parvient à s'ouvrir à la parole et à mettre en mots ce qui le hante : la peur d'un démon de Paris, qui le rayonnise et le bazardifie. Au fil des années et suivant des voies inusitées, l'?uvre ? l'?uvre intérieure et l'?uvre d'art ? apparaît et s'affirme. Le délire, la confusion, les surprenants effets de l'art en actes, la patience des déliants qui partagent les efforts du ?peuple du désastre? (les handicapés), le mystère indicible de la souffrance que combat l'opiniâtre espérance, tels sont les thèmes de ce livre où Henry Bauchau a versé beaucoup de son expérience de la psychose et de l'analyse pour atteindre, au-delà du vécu, à la vie du roman.
Il y poursuit un dialogue entrepris de longue date avec l'imaginaire, l'angoisse, la folie et le réenchantement du monde. Sous le signe de l'espoir la présence fugitive de ?l'enfant bleu? éclaire Orion et Véronique sur un chemin de compassion.
Présentation de l'éditeur

Newsletter