Kaspar Hauser ou la phrase préférée du vent

Kaspar Hauser ou la phrase préférée du vent
Bergen Véronique
Ed. Denoël

1828, un adolescent surgit sur une place de Nuremberg, une lettre à la main. Illettré, comme coupé du monde, il passe aux mains de différents tuteurs avant de disparaître en 1833. Très vite, d'extraordinaires rumeurs circulent sur le jeune homme : il serait le fils du grand-duc de Bade et de Stéphanie de Beauharnais, une nièce de Napoléon mariée à un souverain allemand pour consolider la politique d'alliances impériales. Il aurait été enfermé dès sa naissance dans une minuscule cellule et privé de tout contact avant d'être relâché vers sa seizième année. Banal cas d'autisme ou enfance martyre, brisée par la raison d'Etat ? Telle est encore aujourd'hui l'énigme de Kaspar Hauser.

L'histoire de Kaspar Hauser, adaptée par Werner Herzog, est ici renouvelée à travers les récits vibrants d'amour ou de haine de personnages ayant approché intimement l'enfant sauvage princier : sa mère, un cheval, son assassin...
La découverte d'un écrivain de haute volée, d'un lyrisme singulier.
Présentation de l'éditeur

Le Faussaire

Le Faussaire
Rodriguez Ren
Ed. José Corti

Entre histoire avérée et pure fiction, Le Faussaire s'offre au lecteur comme un récit à deux voix, mi-jésuitique mi-éclairé, où les considérations religieuses et l'honnête morale sont comme dissoutes dans les arcanes politiques de la Rome des papes, de l'Ibérie des rois et cardinaux et de la toute jeune Compagnie de Jésus. L'ombre d'Ignace de Loyola occupe l'horizon comme un point de référence que les protagonistes ne manquent jamais d'évoquer ou de consulter dans l'échange serré de leur correspondance. Car le roman de René Rodriguez, sans aucune condescendance pour les usages d'une certaine modernité, est strictement épistolaire: deux amis, l'un resté laïc et demeurant en Castille, l'autre comptant parmi les premiers compagnons d'Ignace de Loyola, et vivant à Rome, dans les années qui occupent le milieu du XVIe siècle, se trouvent personnellement impliqués dans l'élucidation d'une intrigue politico-religieuse ayant trait à l'établissement de l'inquisition au royaume du Portugal. L'un à l'autre associés et subtilement engrenés et accommodés, ils enquêtent, en fins limiers de police, sur les agissements d'un escroc, faussaire et aventurier, fallacieusement enfroqué dans la tenue de légat du pape. Se déroule ainsi, à l'adresse du lecteur, une subtile intrigue d'espionnage et de traque sur fond de conflits internes à l'Eglise et de diplomatie vaticane, tout cela dans la rigueur, la sobriété et l'élégance d'une prose qui restitue, à la perfection, l'esprit du classicisme en ses commencements. Claude LOUIS-COMBET
Présentation de l'éditeur

En canot sur les chemins d'eau du roi. Une aventure en Amérique

En canot sur les chemins d'eau du roi. Une aventure en Amérique
Raspail Jean
Ed. Albin Michel

Prix Convivium 2006 de Littérature

'Notre monde à nous, c'était le chemin d'eau. Un grand silence nous entourait. Nos canots se frayaient leur route à travers un no man's land de deux cents années, soit le temps qui nous séparait des découvreurs et des pionniers de l'ancienne Amérique française.» Jean Raspail

1949. Jean Raspail a vingt-trois ans et un rêve : descendre en canot du Saint-Laurent à La Nouvelle-Orléans sur les traces des premiers explorateurs français. Sept mois durant, avec trois compagnons, il va affronter intempéries, accidents et naufrages, tenant chaque soir son journal de bord. Miraculeusement retrouvées, ces notes sont aujourd'hui l'occasion pour lui de revivre ce singulier voyage et de nous faire partager un extraordinaire récit où l'on croise Champlain, Le Moyne d'Iberville, le père Marquette, Cavelier de la Salle, mais aussi les officiers du Roi, les garnisons des forts...

Hymne à la France américaine, ce «voyage d'apprentissage» est aussi une fabuleuse aventure humaine.
Présentation de l'éditeur

L'important, c'est d'avoir connu l'amour

L'important, c'est d'avoir connu l'amour
Nicolle Christophe
Ed. Pascuito

Premier roman

Quel rapport entre Clint Eastwood, une nymphomane, Internet, le Japon, Botero, un psychiatre, l'UCPA, la masturbation, un girafeau, des dépressifs, un fusil à pompe et l'appel du 18 juin ? Un amour perdu.
Présentation de l'éditeur

Indications. La revue des romans n°1 - janvier-février 2006. Joyce & Musil

Indications. La revue des romans n°1 - janvier-février 2006. Joyce & Musil
Revue
Ed. Indications

Simon Nardis aime la musique, mais il a vendu son piano et repris son ancien métier.

Il n'est plus pianiste de jazz. Un soir, par hasard, il rate son train, retrouve la musique et rencontre la femme qu'il n'attendait plus. Mais Simon Nardis est déjà marié?
Ce pourrait être une histoire sombre, une histoire de pénombre, mais il y a la mer, il y a cet élan nonchalant du rythme. Il y a ce quelque chose au-delà des morales qui vient du plus profond des personnages.

Le goût amer de l'Amérique

Le goût amer de l'Amérique
Berenboom Alain
Ed. Bernard Pascuito

Georges a vingt ans. Il livre le pain, ramasse les petites annonces en Vespa et il est amoureux de la plus belle fille du monde (ou à peu près), Louisa. Une drôle de fille qui se dérobe et cache une double vie. Georges s'occupe aussi de son grand-père, Léo Malgudi, fou du Hollywood des années cinquante (et du genièvre). N'oublions pas son meilleur ami, Ahmed, ennemi farouche de l'Amérique de monsieur Bush.
Bref, il est un peu perdu Georges au milieu de toutes ces histoires qui se téléscopent. Pourquoi se met-il à écrire une biographie d'une star fétiche de Hitchcock et de Capra, et dont la vie, telle que Georges l'imagine à travers ses films, croise étrangement la sienne...

C'est un roman décalé et drôle qui réussit à approcher la légèreté des comédies de Capra ou de Lubitsch sans verser dans la mélancolie d'un âge d'or révolu.
Présentation de l'éditeur

Tangage et roulis

Tangage et roulis
McNeil David
Ed. Gallimard

Par le chansonnier de Julien Clerc, entre autres...

«'Vous êtes tous ici parce que vous êtes accros à une chose ou une autre. Je vais vous expliquer comment ne jamais vous laisser piéger. Écoutez-moi, c'est simple : lundi alcool, mardi cocaïne, mercredi haschich, jeudi amphétamines, vendredi héroïne, samedi ecstasy, dimanche L.S.D., Noël et jours de fête quartier libre, morphine, éther, mescaline, tout ce que vous voudrez, avec ce régime, pas d'accoutumance.' Jean ne sourit plus du tout.»

La tentative de désintoxication du narrateur est le prétexte à une épopée turbulente avec son ami musicien, Charlie Wood, dans un Montréal sérieusement bonifié par le rock and roll et la «Blanche de Chambly».
Présentation de l'éditeur

Introduction à tout autre chose

Introduction à tout autre chose
Antoine Hubert
Ed. Verticales

«Quelle est la vie d'un objet, d'un mot, d'un produit de l'imagination ? La naissance d'une chaise, par exemple, c'est évident. Quelques bouts de bois, deux trois clous, la voilà meuble, au mieux siège. Mais sa relation au monde, son opinion sur le climat, ce qu'elle mange, ses souffrances, sa philosophie, ses amis, qui les connaît ? Avec ma loupe et mon couteau, je suis allé rendre visite à ce vocabulaire que l'on a tort d'imaginer rangé dans le tiroir d'une fonction bornée. Un éventail de réalités, d'éléments ectoplasmiques m'ont ouvert leurs portes et permis de passer un moment avec eux. J'en rapporte ces textes, témoins d'un monde plus infini, dans lequel l'écriture porte le casque de l'explorateur et permet de rencontrer la vie au-delà de l'usage.»

Les soixante textes courts d'Introduction à tout autre chose forment un nuancier de sensations et d'humeurs où «tout est possible à qui est écrit». On y devine, en filigrane, l'autoportrait ironique d'un aventurier immobile, d'un rêveur chamanique, d'un monstre de solitude, d'un épicurien contrarié, bref, d'un évadé de la société.
Présentation de l'éditeur

Frère du précédent

Frère du précédent
Pontalis J.-B.
Ed. Gallimard

Quand le second est né, le premier s'est écrié : «Comme il est moche !»

Le premier faisait rire la mère, le second jamais.

Du premier, on disait qu'il était nerveux, du second qu'il était quasiment muet.

Quand le second eut quinze ans, le premier lui fit découvrir la littérature.

Quand, à la même époque, ils vont se promener ensemble dans la ville, il n'y a plus de premier et de second. Ils diffèrent l'un de l'autre mais portent tous les deux la même canadienne. C'est l'hiver, l'air est vif, ils marchent d'un bon pas.

Le cadet vient de retrouver quelques lettres qu'il a reçues de l'aîné. Certaines débordent d'affection, d'autres sont pleines de fiel.
Présentation de l'éditeur

Dévotion

Dévotion
Dufoss Christophe
Ed. Denoël

J'avais toujours voulu être père. Avant d'avoir Marion, je voulais un enfant à tout prix : garçon ou fille, peu importe. Je voulais avoir un ami, un véritable ami dans un monde que je ne jugeais pas très amical. J'avais envie d'un être à qui j'apprendrais à nager, que j'emmènerais au parc et pour qui j'inventerais des histoires...

Entre Simon Kolveed et Marion, sa fille de dix ans, le lien s'est rompu. Ils ne peuvent plus vivre ensemble. Pourtant, au fil des années, Simon comprend que seule sa fille lui permet de se sentir vivant. Alors il la retrouve. Ils se parlent. Mais que veut-elle ? Y a-t-il pour lui une autre place que celle de l'étranger ?
Présentation de l'éditeur